L’huile de coco, on en pense quoi ?

Depuis quelques mois, on entend de plus en plus parler des vertus de l’huile de coco. Mais qu’en est-il vraiment ? Beautysané fait le point.

 

La composition

Comme toutes les huiles, l’huile de coco est composée uniquement de lipides. Mais ce qui fait sa particularité, c’est que cette matière grasse végétale contient entre 85 et 90% d’acides gras saturés.

Hors, à l’heure actuelle, les recommandations pour la santé cardiovasculaire conseillent de diminuer la consommation d’acides gras saturés car ils tendent à augmenter les concentrations sanguines de « mauvais cholestérol » (appelé LDL).

Alors pourquoi cet engouement, me direz-vous ? Parce que contrairement aux graisses animales, plus de la moitié des acides gras de l’huile de coco sont constitués d’acides gras à chaîne moyenne, encore appelés TCM (Triglycérides à Chaîne Moyenne).

 

Les TCM font-elles perdre du poids ?

Les TCM (acide myristique, palmitique mais surtout laurique) présentent l’avantage d’être métabolisés directement par le foie pour produire de l’énergie. Le corps a beaucoup de mal à les stocker dans « nos petites réserves de graisses » (ventre, fesses, cuisses…). De là à dire que l’huile de coco permet de perdre du poids…. il n’y a qu’un pas, que certains ont franchi allègrement ! En fait, l’augmentation de la dépense énergétique provoquée par la consommation de TCM est transitoire. Le corps s’adapte vite à cette nouvelle source d’énergie.

 

L’huile de coco peut-elle remplacer toutes les matières grasses ?

Remplacer d’autres sources de matières grasses saturées comme le beurre ou la crème par de l’huile de coco est un bon choix. De plus, elle supporte très bien la cuisson et peut donc s’utiliser en cuisine. En revanche, il ne faut pas remplacer toutes les matières grasses par cette huile. Si elle présente l’avantage d’apporter plus de 50% de TCM, il reste encore une (trop) grande proportion d’acides gras saturés à longue chaîne. De plus, l’huile de coco ne contient pas d’omega3, indispensables pour notre santé cardiovasculaire.

Alternez donc l’huile de coco avec des huiles riches en acides gras insaturés omega3 et/ou omega9 (olive, colza, lin…).

 

Et l’huile de coprah ?

L’huile de coco est également appelée huile de coprah. On voit souvent ces appellations sur les étiquettes des denrées alimentaires. L’huile de coprah est surtout utilisée pour les viennoiseries, pâtisseries, fritures…. Soyez vigilants car elle est souvent partiellement hydrogénée, ce qui forme des acides gras trans, encore plus néfastes pour le cœur que les acides gras saturés.

Choisissez donc une huile de coco vierge, extraite à froid sans chauffage ni produits chimiques.